Qui est en ligne ?

Nous avons 77 invités et aucun membre en ligne

Jeudi 20 janvier

Jeudi 20 janvier Medellín Parque Arvi et récupération de mon drôle d'oiseau

Comme prévu la veille Augusto m'amène d'abord au terminus nord de la ligne A, car en effet Medellín est une des rares villes du monde qui puise se visiter en métro, car la visibilité est très bonne depuis les larges baies vitrées des voitures de ce métro aérien. Puis nous revenons à la station de correspondance avec la 2ème ligne de métrocable, mais je ne suis pas au bout de mes surprises ! Arrivés à la station terminus de cette ligne qui est encore plus haute que la première, il ya une 2eme ligne qui n'est pas intégré dans la tarification du métro car elle a une vocation plus touristique. En effet ce 2ème tronçon dessert le parc Arvi et monte à environs 2500 m d'altitude, la vue sur la ville est fabuleuse {#emotions_dlg.surprised} et la météo est au beau fixe. Le parque Arvi est une zone protégée mais qui se visite à pied. Il est néanmoins accessible aussi par la route et de nombreux cyclistes courageux y montent depuis Medellín ( il y a 1000 m de dénivelé,  je comprends mieux pourquoi certains Colombiens se sont distingué au Tour de France, il y a quelques années ... ) Avec Augusto nous participons à une visite gratuite à pied avec un guide qui connait bien le parc et il nous explique entre autre que petit à petit, il remplacent des espèces d'arbres venus d'ailleurs comme les eucalyptus ou certains pins canadiens où nord américains par des espèces locales pour restaurer l'écosystème local et en particulier corriger le pH du sol qui était devenu trop acide. En plus le guide nous explique que la Colombie comporte environs 3500 espèces différentes d'orchidées, le Brésil en a davantage mais sur un territoire beaucoup plus vaste. Par contre les guides ne sont pas assez nombreux pour faire des visites d'observation de la faune et de la flore car il faut être beaucoup mois nombreux pour ces visites et le parc a beaucoup de succès. Puis nous déjeunons dans un petit restaurant qui vient d'ouvrir avant de redescendre vers la ville. Puis Augusto appelle la compagnie de bus pour savoir si mon drôle d'oiseau est bien arrivé. Et il est arrivé. Nous allons donc le récupérer et comme Augusto est à pied, il prend un taxi qui va me guider jusqu'à son bar. Il va me faire déguster de l'aguardiente une anisette colombienne qui se déguste comme l'ouzo grec, c'est à dire avec un verre d'eau mais on ne mélange pas comme le pastis. Je lui explique qu'en France nous avons aussi de l'anisette et que quand on mélange avec l'eau, le mélange devient trouble comme du lait. La recette doit être différente car, je fais l'essai avec le fond du verre mais le mélange ne se trouble pas. Comme j'ai enregistré son adresse dans le GPS je rentre chez lui avant la nuit car j'ai laissé tous mes éclairages chez lui et je ne veux pas rouler de nuit sans éclairage, c'est vraiment trop dangereux avec la circulation de la ville.

Arrivé chez lui, je déballe mes sacoches et comme j'ai un bon sac de ling sale que je n'ai pas pu laver depuis le départ de Panama et qu'il fait bien humide, je démarre une bonne lessive car Auguto a une une machine et ça commençait à bien sentir. Sur les conseils d'Augusto, je demande à sa sœur si il y a un parking qui peut garder mon drôle d'oiseau pendant la nuit, car il ne veut as que je laisse dans la rue. Mais elle ne connait pas et me conseille demander à la boulangerie au coin de la rue qui me propose de le garer dans un hall d'immeuble fermé et m"indiquent où sonner pour le récupérer le lendemain.

 

Trace GPS du 20 janvier

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir