Qui est en ligne ?

Nous avons 35 invités et aucun membre en ligne

Fil d'ariane

Mardi 9 octobre 2012 La Paz

Mardi 9 octobre 2012 La Paz encore un déménagement

La journée va mal commencer, en allant dans la salle de bain, ( pas pour prendre une douche ) je referme une porte derrière moi qui a une serrure ! et vlan ma voila enfermé dans la salle de bain et un petit couloir encombré d'un tas de bazar ! Premier réflexe, je fais un maximum de barouf car hier, j'avais vu quelqu'un monter à l'étage de la maison et je me dis que cette personne y est toujours. Aucune réponse ! Aucun voisin n'a réagit. Pourtant je pense qu'on a du m'entendre de la rue ! Puis je cherche dans la bazar hétéroclite qu'il y a dans le couloir ou je suis enfermé si je peux trouver quelque chose soit pour sortir soit pour ouvrir la porte qui donnent sur l'extérieur. Il y a une échelle et divers outils ainsi que des tabourets. La porte qui s'est refermée est vitrée et je me dis qu'au pire je pourrais casser une des vitres pour l'ouvrir. Mais avant de faire de la casse ( je suis quand même invité ) je vais tenter autre chose ... Avec l'échelle, j'arrive à voir l'autre coté de la porte qui donne sur l'extérieur. Avec du fil de fer rigide que j'ai trouvé dans le bazar, je tente désespérément de décrocher le crochet qui maintient cette satanée prote fermée. Rien à faire ça ne vient pas. Au bout d'un bon moment de désespoir, je finis par voir qu'il y a une fenêtre qui donne sur une autre pièce mais pas dans la chambre où je suis installé. Et cette fenêtre s'ouvre. Je monte sur un tabouret je la franchis et je me retrouve dans une pièce avec un canapé et des fauteuils et il y a une radio cassette. Mais je suis toujours bloqué car la porte qui donne sur la rue est fermée à clé et la clé est dans la chambre et la porte de la chambre est aussi fermée à clé ! Faute de mieux, je branche la radio cassette et je finis par trouver une station avec de la bonne musique en attendant que Christian s'inquiète de ne pas me voir donner signe de vie. En tout cas je n'ai plus envie de rester ici. J'ai aussi accès à la porte du couloir et je comprends aussi que je ne risquait pas de l'ouvrir avec le fil de fer. Mais je n'ai toujours pas accès à la chambre ni à l'extérieur. Au bout d'un moment, j'examine de nouveau les lieux et je découvre qu'il y a une autre fenêtre qui donne sur ... la chambre ! Je ne l'avais pas vu de suite car il y avait un rideau qui la cachait et un peu de bazar devant ( entre autre une vierge en plastique couverte de poussière, des bouts de carreaux cassés et des trucs indéfinissables ... ) Ouf, c'est gagné ! Mais moyennant quelques acrobaties et beaucoup de précautions car coté chambre, il y a aussi du bazar constitué par une empilement hétéroclite de chaises de caisses de bouteilles en verre et d'autres trucs. Je finis par rentrer dans la chambre sans faire de casse et retrouver la clé. Après ces émotions je pars déjeuner vers 10 h 30 en prenant bien soin de garder la clé avec moi et en laissant les différentes portes ouvertes sauf bien sur le portail sur la rue et la porte de la chambre.Après je déjeuner un peu tardif. Je décide de revenir à l'autre maison car normalement Jean Baptiste le Québécois doit partir aujourd'hui et je devrais donc avoir une place. J'y arrive avec l'aide du GPS mais ce n'est pas trop évident car hier Christian avait pris des sens unique et je ne peux pas prendre le même chemin. Je retrouve bien le tunnel qui est à proximité de la casa de ciclistas mais dans le mauvais sens et je dois d'abord redescendre avant de remonter. A un moment, je finis par prendre un sens interdit car il y a 2 ou 3 files dans cette rue et que ça m'évite un bon dénivelé. J'y arrive et je raconte ma mésaventure aux autre cycliste et à Christian et je peux m'installer à la place libérée par Jean Baptiste. Enfin il faut apprendre les quelques précautions à prendre dans la maison : pour la douche, il FAUT impérativement que l'eau coule pour allumer la résistance car sinon elle crame ! Mais c'est quand même nettement mieux isolé que dans l'autre maison et elle est très bonne. Enfin pour la vaisselle, l'évier de la cuisine est inutilisable car l'évacuation est bouchée, il faut aller sur le balcon ou il y a un petit évier et un sceau pour récupérer les eaux usées. Quand le sceau est plein, il faut le vider dans un autre plus grand et quand il est plein on le vide aux toilettes. On est en Bolivie !
Après ces précautions expliquées, je pars me balader en particulier pour repérer un Alexander Caffe qui est un peu plus bas sur l'Av Arce pour me connecter à internet car la liaison n'est pas excellente chez Christian. Malgré tous ces inconvénients, l'accueil de Christian est très chaleureux et il faut bien dire que la casa de ciclistas est un lieu de rencontre formidable entre cyclistes voyageurs du monde entier et en cas de problèmes mécaniques sur le vélo son aide est vraiment précieuse. Je vais avoir l'occasion de m'en rendre compte dans les jours qui viennent.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir