Qui est en ligne ?

Nous avons 89 invités et aucun membre en ligne

Mercredi 1er décembre

Mercredi 1er décembre Altagracia Rivas : traversée du lac et grosse perte en route ...

Le matin, c'est avec une certaine émotion que je quitte Mario car si son "hôtel" est plutôt rustique, ( avec les petits inconvénients comme les coupures d'eau et d'électricité assez fréquentes mais peu importe ) son accueil a été vraiment très chaleureux : toujours prêt à donner un coup de main toujours disponible et toujours souriant. Je vais faire un petit tour sur la place principale d'Altagracia car il y a une maquette représentant l'île Ometepe avec les 2 volcans Concepcion au nord ouest et Madeiras au sud est ( celui qui m'a fait quelques misères avec la boue ) et originalité de cette maquette ils ont créé un bassin pour que les volcans soient entourés d'eau et dans ce bassin il y a quelques tortues qui crapahutent sur les flancs des volcans ou qui nagent dans le bassin. Elle ne peuvent pas partir car les parois du bassin sont lisses et verticales. Je supposent qu'elles sont nourries régulièrement. Bien sur la vierge est bien présente sur le flanc d'un des volcans.

Je rencontre alors un groupe de français équipés de chaussures de randonnée qui voyagent en organisé avec leur bus sur le thème des volcans et en Amérique centrale ils sont servis : il y en a dans tous les pays et certains sont même bien actifs : ils ont de quoi faire ! Puis je les quitte et je rencontre une dernière fois Mario sur la route de Moyogalpa pour prendre le bateau vers San Jorge et RIvas.. La roue est bonne vers Moyogalpa c'est à dire bien pavée mais c'est très régulier. J'arrive à Moyogalpa vers 12 h 30 environs et vais tout de suite retirer de l'argent car il n'y avait pas de distributeur à Altagracia et je vais tout de suite me renseigner sur les horaires le prochain part à 15 h 00 et la traversée ne dure qu'un heure. Il faut d'abord payer une taxe portuaire de moins de 0,5 US$ mais ça demande du temps il faut trouver le bon guichet et remplir un formulaire pour une petite taxe de rien du tout ! Comme j'ai du temps j'en profite pour manger sur une terrasse où ils diffusent du Bob Marley en me mettant le plus loin possible de la sono : encore trop fort mais c'est pareil partout. Ils ont l'habitude de servir vite car c'est à proximité du port et les gens n'ont pas trop le temps. Après c'est l'embarquement qui va être assez folklorique. Je croyais avoir un ferry qui prenait aussi les voitures voire les camions. Et bien non, c'est un vieux rafiot à 2 ponts et quand je vois la largeur de la passerelle je suis un peu inquiet pour mon drôle d'oiseau et la remorque {#emotions_dlg.surprised} Ils commencent par embarquer 2 motos sur le pont supérieur mais la pente de la passerelle est énorme : ils utilisent la technique suivante : 2 gars costauds en bas de la passerelle sur le quai poussent la moto en prenant de l'élan et montent la moto au 3/4 environs et sur le pont supérieur 2 autres gars attrapent la moto et la récupèrent par le guidon pour l'arrimer ! Si ils ratent leur coup, c'est plouf dans le lac ! Tout se passe bien pour les motos. Ça devrait aller pour mon drôle d'oiseau.

Ils descendent la passerelle au niveau du pont inférieur et chargent mon drole d'oiseau et la remorque de manière plus conventionnelle en le poussant sur la passerelle mais je me demande si ils n'ont as un peu forcé sur les fixations des sacoches arrières et je ne suis pas entièrement sur de l'avoir bien fixé les 2. L'embarquement se passe bien malgré la largeur de mon drôle d'oiseau equi est plus large que la passerelle et on pet enfin embarquer. Ils me demandent de payer le billet et je ne sais combien de trucs différents pour mon drôle d'oiseau mais c'est chaque fois des toutes petites somme. Je crois comprendre qu'il faut payer le passage pour mon drôle d'oiseau et donner un peu d'argent à chaque gars qui l'a chargé. En insistant je leur demande combien je dois payer au total et qu'ils se débrouillent pour la partage et ils finissent par accepter parce que sinon je n'aurais jamais eu assez de pièces pour chacun.

La traversée ne dure qu'une heure par contre il y a pas mal de houle et même de plus en plus au fur et à mesure qu'on approche de la cote car le vent est d'est. Comme il est 4 heures de l'après midi je roule bien jusqu'à la tombée de la nuit et je trouve un hôtel qui annonce avoir internet un peu après la sorte de Rivas.

Et en voulant décharger mes bagages catastrophe : une des sacoches rouges s'est décrochée {#emotions_dlg.cry} et c'est celle contenant du matériel difficilement remplaçable ici comme les chaussures de randonnée avec les cales Shimano, le panneau solaire ma 2eme paire de sandales avec cales et quelques autres bricoles comme ma trousse de toilette. C'est la galère ! Comme j'ai le GPS et la trace je vais refaire le trajet en sens inverse de nuit en roulant sur le coté gauche de la route. En effet si personne ne l'a ramassée j'ai une chance de les voir à la lueur de mon éclairage car elles sont équipées de bandes réfléchissantes blanches et je sais pas expérience que je vois ces bandes de très loin avec n'importe quelle lampe de poche ou frontale. Je vais mettre 2 heures pour refaire le trajet jusqu'au port car je sais que je les avais toutes les 2 à l'arrivée à San Jorge.Rien, je ne trouve rien. Je demande et personne n'a rien vu et je m'arrête même par hasard devant le poste de police où je demande si par hasard quelqu'un d'honnête ne l'aurait pas ramenée on ne sait jamais. Rien. Je rentre à l'hôtel vers 9 h 00 et malgré mon retard pour le repas, ils acceptent quand même de me servir à manger.

Après le repas je travaille un peu sur le site qui a beaucoup de retard car j'ai eu peu d'accès pendant mon séjour sur l'île Ometepe seulement dans un cycber café et encore quand il y avait du courant. Par contre je suis obligé de me mettre devant la salle de restaurant sur batterie car ça ne marche pas dans la chambre. La portée du WIFI est bien inférieure à celle des "Wouaff Wouaff" qui sont attachés derrière mon dos et qui n'arrêtent pas .... (enfin une portée de "Wouaff Wouaff" ça doit bien faire 4 ou 5 petits "Wouaff Wouaff" à chaque fois. ) Puis je vais dormir on verra demain si je peux la retrouver en plein jour, qui ne tente rien n'a rien mais je n'y crois pas trop quand même. On ne sait jamais peut être que quelqu'un l'a rapportée au poste de police .....

 

Trace GPS du 1er décembre

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir