Qui est en ligne ?

Nous avons 71 invités et aucun membre en ligne

Lundi 29 novembre

Lundi 29 novembre : ascension du volcan Madeiras : la gadoue, la gadoue, la gadoue ...

Aujoud'hui le réveil est matinal car le bus part à 4 h 30 du matin et met bien 1 heure pour faire moins de 10 km mais c'est une antiquité roulante et une partie de la route n'est pas encore pavée.  Comme convenu la veille Chele vient frapper à ma porte, mais je suis déjà réveillé. Après il y a quand même un arrêt casse croute qui dure jusqu'à 7 h 00 du matin et je rencontre 3 jeunes filles belges flamandes qui parlent mieux l'espagnol que le français : Margot Catherine et Carole qui ont un autre guide. L'ascension se passe dans une ambiance humide mais heureusement pas trop chaude. Pendant la montée on ne voit pas beaucoup le paysage et le lac à cause de la végétation luxuriante qui prend des proportions gigantesques. En particulier, un arbre énorme qui est tombé coupe le sentier au début. Heureusement, il a été coupé pour dégager le sentier ( peut être aussi pour récupérer du bais ? ) Le climat tropical sur de la terre volcanique active la photosynthèse de manière assez incroyable. Au début le sentier est assez agréable mais il se transforme petit à petit en véritable bourbier. FLOC FLOC et splasch à chaque pas ! A partir de 700 m d'altitude environs, on est noyé dans le brouillard et Margot a des problèmes pour respirer et va abandonner. Leur guide va l'accompagner pour la descente et Catherine Carole et moi même allons continuer avec Chele. Nous arrivons un peu avant 11 h 00 au bord du cratère et un peu après au bord du la qui est au fond. Il parait qu'ont peut s'y baigner mais contrairement à la cascade San Ramon située un peu plus bas, ce n'est pas tentant bien qu'étant à 1200 m d'altitude, il ne fait pas froid du tout par contre on est noyé dans le brouillard et on ne voit rien du tout. Ça doit être pour éviter les coups de soleil que les 2 volcans de l'île prennent tous les jours leur petit chapeau de nuages !

La descente est épouvantable pour moi glissade à chaque pas qui demande de nombreux efforts pour maintenir l'équilibre, à pied, je préfère toujours la montée à la descente mais la boue n'arrange rien. Dans cette ambiance humide et crottée, j'ai fait très peu de photos pour préserver mon appareil. Je finirais complètement crotté vers 4 h 00 de l'après midi pour reprendre le bus vers 5 h 00 et rentrer à Alagracia. Le soir je vais manger chez Mario avec David et Allegra qui partent vers Granada par le bêteau du soir et j'irais dormir. Demain je ferais de la lessive !

 

Trace GPS du 29 novembre

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir