Qui est en ligne ?

Nous avons 61 invités et aucun membre en ligne

Jeudi 11 novembre

Jeudi 11 novembre Huehuetenango La Mesilla et retour en bus.

Le matin je cherche un endroit pour déjeuner dans le quartier de l'hôtel mais je ne trouve riens que des magasins de portables de chaussures de fringues et quelques pharmacies.Je finis par trouver une femme qui vends des mandarines dans la rue et je vais au terminal de bus presque sans manger en prenant un premier bus de ville. Je trouve facilement le bus pour la Mesiilla car il y a toujours quelqu'un pour annoncer la destination. Pour la conduite, il y a du monde à bord pour être sur d'arriver à destination : Dieu, la Vierge Marie, Jésus sur sa croix, le chauffeur, son portable et le klaxon ! Ce sont des vieux bus scolaires américains repeints aux couleurs locales très vives. Le trajet va durer largement plus des 2 heures annoncées surtout en tenant compte de la sortie du terminal où se trouve aussi un marché très coloré et très animé. Plusieurs vendeurs montent à bord et redescendent après avoir vendu quelques trucs. J'achète une bouteille d'eau qui est à l'état d'un bloc de glace. Je suis assis à coté d'une femme indienne assez âgée qui me demande de quel endroit je viens. Je lui réponds que je viens de France mais elle n'a visiblement pas trop d'idée où se trouve la France. Je lui explique que c'est en Europe ... elle me demande si la France est en Italie ou un truc de ce genre ! Bon ne riez pas trop, je ne suis pas sur que tous les Français situent bien où est le Guatemala. A un moment un vendeur monte en baratinant sur la santé : il explique que les gens mangent trop de viandes font du mauvais cholestérol etc etc ... et trop de produits chimiques en particulier dans les poulets industriels et que tout ça est nuisible pour la santé OK le constat est peut être assez juste par contre il finit par sortir de son sac le remède miracle à tous ces maux une poudre préparée avec des extraits de 16 ou 17 plantes. Je ne suis pas sur qu'il ne vende pas de la poudre de perlimpinpin au prix fort.

Après la sortie de la ville, la conduite est sportive entre 2 arrêts assez fréquents.Il double un peu n'importe où aussi bien en sommet de cote qu'en plein virage, il faut croire qu'il y a un dieu qui protège les chauffards dans ce pays. A l'arrivée à La Mesilla, je vais tout de suite voir à l'hôtel si ils ont trouvé mon portable et grosse déception, il ne l'ont pas ! Puis il va voir dans la chambre et il le ramène. Ouf ! Mais la chambre a été occupée entre temps et on l'a utilisé : j'ai constaté qu'il y a une photo d'un gosse que je ne connais pas, que les listes sont devenues des icônes que la housse a été remise à l'envers et qu'il y a eu des tentatives d'appels certainement sans succès car Movistar ne dessert pas cette zone. J'ai finalement eu de la chance de de la retrouver {#emotions_dlg.smile}

Puis je retourne manger à la Vina, le restaurant où j'avais pris mon premier déjeuner au Guatemala. Puis je reprends un autre bus pour Huehuetenango aussi folklorique que le premier. Dieu est toujours présent avec l'inscription Dieu bénit ta montée à bord de ce bus ! Par contre il n'y a pas de vierge ni de crucifix. La conduite est moins hasardeuse qu'à l'aller tout simplement parce que ça monte presque tout le temps et qu'avec le chargement le bus est au maximum de sa puissance. Il laisse ses derniers passagers à l'entrée de Huehuetenango avant le centre ville et comme la distance est assez courte, je rentre à pied à l'hôtel. Par contre c'est la tombée de la nuit et il faut vraiment faire attention où on mets les pieds comme d'habitude la voirie est en mauvais état et j'ai l'impression que c'est encore pire qu'au Mexique. Arivé à l'hôtel, j'essaye de contacter l'équipe TV de la veille, je n'ai pas de mail de leur part et je n'arrive pas à les appeler au téléphone je n'ai qu'une messagerie que je ne comprends pas. Je termine la soirée en allant dormir.

 

Trace GPS du 11 novembre

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir